Du pareil au même : homophobie et xénophobie





Le Québec entend se distinguer sur le terrain diplomatique et annonce que sa « voix distincte » sera mise au service de la cause homosexuelle et transgenre !

Il y a un mois, au sommet de la Francophonie de Madagascar, Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales du Québec, appelait ses homologues à s’attaquer à la « discrimination envers les personnes LGBT ».

Désormais, la défense des droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres fera officiellement partie intégrante de la politique étrangère québécoise et sera systématiquement évoquée lors des contacts diplomatiques malgré les tensions ou les malaises que cela suscite.

« Il y a des dossiers dans lesquels on veut avoir un leadership, et le dossier LGBT en est un. On va être proactifs», a déclaré la ministre, qui souhaite s’attaquer à la « résistance » de plusieurs États, notamment au sein de la Francophonie internationale, concernant l’inversion des normes en matière de mœurs.

« Il y a des pays qui vont nous dire qu’on se mêle de leurs politiques internes. C’est comme ça. Je n’ai pas peur de créer un malaise, on n’est pas agressifs, mais on l’affirme : nos valeurs démocratiques incluent les droits des LGBT. […] Ça va finir par rentrer. »

Contrairement à ce que l’on pourrait croire au vu du matraquage pro-LGBT des médias occidentaux, il existe encore une majorité de pays à travers le monde qui refusent le nouvel ordre sexuel mondial.

Et ces ingérences du Québec sont notamment très mal perçues par la plupart des pays africains qui considèrent l’homosexualité et la théorie du genre comme une « importation culturelle » de l’Occident.

« On se fait parfois répondre que, si on veut leur parler d’homosexualité, eux vont parler de polygamie et pourquoi pas d’excision », avoue un diplomate québécois.

Mais lors de la prochaine rencontre des ministres de la Francophonie, qui se déoulera en 2017 en Arménie, le Québec compte mener une véritable offensive de propagande pro-LGBT en s’entourant de « membres alliés », tels que la Belgique ou la France.

Par ailleurs, le gouvernement du Québec a décidé d’octroyer 300.000 $ aux organisateurs de Fierté Montréal (considérée comme la plus importante gay pride de la francophonie) afin de piloter la tenue d’une conférence internationale sur « la diversité sexuelle et la pluralité des genres dans la francophonie ».

L’impérialisme rime de plus en plus avec l’inversion des mœurs.




Article publié le 25.12.2016




Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec


Attention de : Madame La Ministre Christine St-Pierre

Madame La Ministre

Par Stigmabase et Egaylity, notre initiative œuvre, depuis 6 ans, dans la lutte contre l'exclusion sociale à travers le monde. Nous dépassons 75 millions de consultations à travers le monde.

Un article publié aux Pays-Bas à retenu notre attention: Quebec wil LGBT-rechten ook in buitenland verdedigen | ZiZo-Online. (Québec veut défendre les droits des LGBT à l'étranger)

Madame, nous avons, entre les mains, le dossier complet d'une enquête menée par le Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale du Québec. Un dossier, que nous jugeons, pitoyable par sa malhonnêteté intellectuelle et surtout par sa discrimination homophobe.

J'en prend à témoin certaines conclusions de l'enquêtrice au dossier Angèle Poirier qui s'apparente, à si méprendre, croyons-nous, aux propos, opinions et articles que nous récoltons depuis des années dans les pays homophobes.

Si ce document est mis en ligne et propulsé par EGAYLITY ... c'est à cause de plusieurs commentaires et affabulations trouvés au dossier. Pire encore, ces commentaires particulièrement discutables ont reçu l'aval de fonctionnaires complices du Ministère de la Solidarité du Québec.

La rédaction a cherché, dans la déclaration du prestataire pour trouver, par où ou comment, l'enquêtrice Angèle Poirier avait pu parvenir à de tels raisonnements.

Madame La Ministre, nous sommes heureux de constater que vous-même et votre ministère, s'indigne, à raison, de l'homophobie présent dans la francophonie. Que vous souhaitez la combattre.

Mais nous croyons, tout aussi, important de pointer du doigt les enquêtrices du ministère d'à côté, qui utilisent, en tout impunité, leurs mandats pour servir des accusations tout autant homophobes, discriminatoires et intolérables que les pays que vous pourfendez.

Merci de votre action, madame La Ministre, et pour le temps que vous accordez à ce message.



Robert Savignac | CEO et fondateur

Stigmabase Initiative | Plus de 75 millions de consultations à travers le monde